Contact administration :

Céline Lhostis

vrod&co@gmail.com

 

Jean-François Vrod

jf.vrod@gmail.com

La Soustraction des Fleurs

Le concert


Frédéric Aurier : violon
Sylvain Lemêtre : zarb
Jean-François Vrod : violon, voix
Sam Mary : lumières
Laurence Garcia : regard extérieur

Les traditions populaires sont notre terrain de jeu, mais qu'avons nous à en dire, 25 ans après nos premières collectes dans les montagnes du Massif Central ?
Si la relecture fidèle de la figure mélodique nous a semblé une étape incontournable et non achevée aujourd'hui, nous tenterons ici, à la manière cubiste, de montrer les divers aspects d'un objet musical en un seul plan, pour en exprimer l'essence, les sens.
Car ce que donne à entendre la tradition populaire, ce n'est pas simplement une collection de jolies mélodies, c'est aussi tout le reste: des timbres, des formes, des pré-textes, bref un ensemble complexe générateur d'objets musicaux de toutes sortes, où le son, bien qu'adressé à la communauté, est tout d'abord l'affaire de celui qui le joue.
Frédéric Aurier est un violoniste curieux de tous les répertoires. Sylvain Lemêtre, percussioniste, pratique avec le même intérêt les musiques écrites et orales. Je joue les musiques du Massif Central, j'improvise.
Alors, avec ce que nous sommes, comme d'autres racontent un rêve, nous chercherons à montrer notre vision de la tradition qui parle de notre réalité, celle que Picasso évoque quand il dit: « Ce qui est le plus abstrait est peut-être le comble de la réalité »

Jean-François Vrod.

Un spectacle mis en « chantier pas interdit au public » le 29 novembre 2002
dans le cadre d’une résidence départementale en Yvelines,
créé le 29 novembre 2003 à la Maison Pour Tous de Chatou (78),
produit par la Maison Pour Tous de Chatou,
avec le soutien de l’ADIAM 78, la DRAC Ile-de-France et le Conseil Régional Ile-de-France, partenaires de la mission musiques & danses traditionnelles en Yvelines.


La musique a été enregistrée à Radio-france en mars 2006 pour le label Signature distribué par Harmonia Mundi.
Sortie septembre 2006.

 

// Acheter  //

Frédéric Aurier - Itinéraire


  Frédéric Aurier est né en 1976 en Auvergne. Très jeune, il commence le violon avec Madame Giot, du Conservatoire de Clermont-Ferrand. Bien vite, l’instrument l’attire vers toutes les « autres » musiques et c’est à quatorze ans que sa rencontre décisive avec Jean-François Vrod le pousse à explorer de front les deux traditions, savante et populaire...

Il étudie avec Christophe Poiget au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, puis entre dans la classe de Roland Daugareil au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon. Après avoir obtenu son 1er prix à l’unanimité et avec les félicitations du jury, il fonde le Quatuor Satie avec lequel il joue en France et à l’étranger dans de nombreuses salles et festivals prestigieux (Opéra de Lyon, Salle Cortot à Paris, abbayes de Royaumont et de l’Epau, festivals de Saoû, de l’Emeri, des Musicades...). Le quatuor est lauréat des concours internationaux de la FNAPEC à Paris, de Banff au Canada, de Trondheim en Norvège. Il a étudié avec les plus grands maîtres tels les membres des quatuors Amadeus, Lassalle, Berg, Hagen, Ysaÿe... Il est soutenu par l’AFAA grâce à laquelle il a pu enregistrer les oeuvres de Maurice Ravel et François-Bernard Mache. Il est aussi boursier de la Fondation Banques Populaires.

Frédéric Aurier reste curieux de toutes les musiques et, outre son activité de chambriste, il participe à de nombreuses créations contemporaines en soliste ou en petit ensemble, avec danse ou électroacoustique, théâtre ou projection d’images.
Il crée en février 2004 « Lubie », un spectacle autour des duos pour violon de Bartok et Berio, avec le violoniste Julian Boutin et la marionnettiste Anne Bitran.

Il a participé à deux enregistrements de la musique du compositeur Jacques Lenot avec l’Ensemble Transparences et prépare un disque pour le magazine Classica avec le quatuor Satie.
Depuis leur rencontre, Frédéric Aurier n’a cessé de jouer en duo avec Jean-François Vrod, jusqu'à la création de « La soustraction des fleurs » avec Sylvain Lemêtre.

Sylvain Lemêtre - Itinéraire


  Sylvain Lemêtre est plongé, dès son plus jeune âge, dans un environnement familial musical et découvre avec passion la richesse du monde sonore qui l’entoure. Ainsi, son amour des sons frappés, frottés, claqués, piqués, pincés et grincés, le pousse à vouloir maîtriser plusieurs instruments à percussion très différents.

Il devient musicien percussionniste en suivant de longues études au Conservatoire National de Région de Rueil-Malmaison avec G. Sylvestre et F. Bedel, puis obtient un 1er prix de percussion et un 1er prix de musique de chambre. Par la suite, il étudie aussi les percussions traditionnelles mandingues et afro-cubaines à l’Ecole Nationale de Musique d’Argenteuil avec C. Nicolas, emportant également un 1er prix.

L’apprentissage de la technique du zarb avec F. Bedel occupe une place importante dans son parcours, et le sensibilise pleinement à l’infinité des sonorités de ce tambour iranien.
Tout au long de ses études, il nourrit son langage musical en abordant à la fois la transmission orale des rythmes iraniens joués au zarb, la transcription de ces rythmes sur la batterie, le large répertoire de la percussion contemporaine, le théâtre musical et l’univers des musiques traditionnelles. Ce qui le conduit à interpréter régulièrement des oeuvres de J. Cage, M. Kagel, G. Aperghis, V. Globokar, J-P. Drouet, C-R. Alsina...

Finalement, Sylvain Lemêtre est le contraire d’un spécialiste, et, par sa formation de « multi-percussioniste », il est prêt à tout à assouvir son désir d’aventure et d’apprentissage permanent, profitant de ses rencontres artistiques chaque fois enrichissantes.
En travaillant d’ailleurs avec Jean-François Vrod, il se confronte et s’imprègne de l’univers de l’improvisation et du violon traditionnel français. Il est amené, dans cette formation, à élaborer des dispositifs et des modes de jeu nouveaux sur son instrument.
La diversité de son bagage musical lui permet donc de s’exécuter ponctuellement au sein de projets variés, en France comme à l’étranger. Il participe à deux reprises au Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, joue avec les Ensembles Itinéraire, Ars Nova, Calliopé et Sic. Il collabore aux créations des compositeurs R. Depraz, N. Frize, R. Auzet, M-H. Fournier, G. Pape, A. Serre-Milan, G. Siracusa.

Il enseigne aussi à l’Ecole des Arts de Marcoussis (91), où il crée le collectif percutant déambulatoire « T’as la marque de la lanière ». Il aborde un travail de création en duo avec Sébastien Clément mis en scène par Catherine Pavet. Il fait partie de l’Ensemble Text’Up dirigé par François Cotinaud et interprète la musique originale de François Marillier dans le spectacle de marionnettes « XY ou ma main est maboule » créé par Brice Coupey.

Discographie

« Ecoute ailleurs » de J.J. Lemêtre
production Sinuances, distribution Média 7

« Quatre soirs » du Quartette de Xavier Ferran
production Les deux ruisseaux

« François Cotinaud fait son Raymond Queneau » de l’Ensemble Text’Up
musivi MJB 010, distribution Mélodie

« Voyage au centre de la terre » de Jules Verne
raconté par Jean-Claude Dreyfus et Michel Aumont.

 

Fiche technique
FT Soustraction des Fleurs.pdf
Document Adobe Acrobat 74.5 KB

 

Contact tournée  :
Administration de production

maryvonne.diffusion@neuf.fr /06 83 46 40 18