Contact administration :

Céline Lhostis

vrod&co@gmail.com

 

Jean-François Vrod

jf.vrod@gmail.com

Jean-François Vrod est né le 29 mars 1959 à Chatou (78)

 

Happé par la vague folk à la fin de l'adolescence, il fréquente alors assidûment le folk club parisien "Le Bourdon", et commence à jouer du violon en autodidacte. Il entreprend ses premières collectes sur les musiques de tradition orale en Auvergne (Cantal, Haute-Loire) puis à Paris, au sein de la colonie auvergnate. En écho à sa propre histoire (il est d'une famille d'auvergnats de Paris), et pour jouer le répertoire collecté dans la capitale, il forme en 1981 avec Marc Anthony (vielle à roue) et Dominique Paris le groupe Café-Charbons qui jouera dans le monde entier( France, Belgique, Suisse, Suède , Norvège, Maroc, Israél…)

En 1989, il fonde avec Marc Anthony la "Compagnie chez Bousca”, collectif d'artistes musiciens qui crée plusieurs spectacles et enregistrements (concert "Les Réveillez", CD "Ethnograffiti" chez Silex ...), et il obtient le diplôme d'état en violon traditionnel.

Il croise la même année Jean-Paul Goude et l'équipe de Téléma pour la participation des musiques traditionnelles au défilé du 14 Juillet 1989 : "La Marseillaise".

L’organisation des rencontres musicales "Coups d'archets" qui rassemblent en 1992 et 1995 des violonistes de différentes familles musicales( Amy Flammer, Dominique Pifarely, Daniel Cuiller…) le conforte sur les bienfaits des échanges entre les différentes esthétiques violonistiques.

En 1992, il est chargé de mission par le Ministère de la Culture et la Région Languedoc-Roussillon pour réaliser une étude de faisabilité d'un Centre de Musiques et Danses Traditionnelles en région.

En 1993, il rejoint la Compagnie du Cercle et s'interroge avec Abbi Patrix et Bernard Chèze sur les relations entre musique traditionnelle et parole du conteur. Il crée en duo avec Bernard Chèze ”Voilà Voilà”, et en duo avec Abbi Patrix "Le compagnon” (350 représentations).

Il aborde dans une création avec Dominique Pifarely, Régis Huby, Jacky Molard, Philippe Deschepper, Joël Allouche, Bruno Chevillon, l'improvisation qu'il approfondit avec Patrick Moutal dans les ateliers d'improvisation modale du CNSM de Paris durant deux années, puis lors de différents stages avec Barre Phillips, Peter Kowald, Alain Savouret…

Désireux de se confronter à la nudité du solo, il crée en 1996, en coproduction avec la Maison pour tous de Chatou (78) et la Compagnie du Cercle, "De mémoire de violon", son premier spectacle solo (100 représentations), et enregistre en 1998 un disque solo de violon acoustique pour le label Cinq planètes (Diapason d’or 2000 - Choc Le Monde de la Musique novembre 2000).

Il est invité en duo avec Frédéric Aurier (violon) - par Patrice Fontanarosa au concert "Les âmes du violon” au salon Musicora 1997 pour représenter les musiques traditionnelles françaises, et l'année suivante, en solo et en duo, aux journées d'ouverture des concerts de Radio-France.

En 1998, il enregistre en duo avec le violoniste chanteur anglais Chris Wood un CD pour le label RUF Records, fruit de plusieurs années de collaboration.

 

 

En 1999, il réalise un nouveau spectacle solo, "L'idiome du village”, où le musicien de tradition orale y est envisagé comme membre de la grande famille d'artistes en marge de l'histoire de l'art (Bruts, aliénés, enfants, primitifs contemporains...).

En Juillet 2000, il joue en solo au Festival de Québec.

En 2001, il participe en tant que compositeur et comédien au spectacle « Extases » de la Compagnie Les Héliades à Colombes (92), assure la direction artistique du cinquantenaire du groupe folklorique La Jimb’r’tée bourbonnaise à Yzeure Espace (expo, défilé de mode, spectacle...) et joue « L’idiome du village » (Paris, Joze, Polignac...).

 

En 2002 il crée la musique de « A fleur de peau » de la Compagnie Les Héliades, mis en scène par Véronique Widocq, joue « L’idiome du village » (Le Havre, Conflans Saint Honorine, Corte, Namur...)

 

En 2003, à l’occasion d’une résidence départementale en Yvelines pilotée par la Maison Pour Tous de Chatou, il crée le trio « la Soustraction des fleurs », avec Frédéric Aurier (violon), Sylvain Lemêtre (zarb), Sam Mary (lumières) et enregistre pour le label Boxpock l’album en duo avec Régïs Boulard (batterie), « Blockheads ».

 

En 2004, il joue « l’Idiome du village » et «De mémoire de violon», le duo «Blockheads ».

En 2005, il joue « la Soustraction des fleurs » (Tulle, Niort, Colombes…), participe avec Iko, vidéaste au festival Meetings à Rennes, joue en duo avec Frédéric Le Junter aux rencontres « Spoutnik Sonore » à Conflans Sainte Honorine, crée avec Catherine Delaunay (clarinette) et Tatiana Mladénovitch (batterie) la musique du spectacle « A la vie » mis en Scène par Jean Marie Lejude et produit par la compagnie L’œil du Tigre et enregistre la musique du spectacle « La manufacture d’hommes » créé par la compagnie de l’Eygurande, mis en scène par Jean -Louis Mercuzot.

 

En 2006 il crée « Le jour de l'air de Jo » une veillée pour archives vidéo et musique en direct à propos du violoneux cantalou Joseph Perrier, et enregistre pour le label signature de Radio-France « la soustraction des fleurs » avec Sylvain Lemêtre et Frédéric Aurier.

 

En 2007 , il crée avec le quatuor Bela le concert parlant « Retour sur le Coissard Balbutant » et tourne avec la Soustraction des fleurs (Chypre, Calais…).

 

En 2008, il tourne « le Jour de l’air de Jo » avec l’Addiam 44 et le Nouveau pavillon, joue avec Fantazio, Olivier Mellano et le trio la Soustraction des fleurs.

 

En 2009, il crée « Triporteur Sonata » pour violon, voix , pieds et dispositif de multi-diffusion, commande d’état avec le Gmea d’Albi Tarn, centre de création musicale et le spectacle « L’après de l’avant » avec le trio La Soustraction des fleurs.

 

En 2010, il est en résidence en Haute-Marne où il donne plusieurs concerts, conférences et actions pédagogiques. Il joue avec le trio La Soustraction des fleurs au prestigieux festival Berlioz à la Côte-Saint-André et avec Sophie Wilhelm pour une tournée décentralisée de la scène nationale de Bar-Le-Duc.

 

En 2011, il est en résidence à Calais en préfiguration du festival « Violons couleurs du monde ». Il enregistre et joue « Retour sur le Coissard Balbutant » avec le Quatuor Bela (Paris, Foix, Calais…). Il joue avec le trio La Soustraction des Fleurs au Théâtre du Châtelet pour le 150 éme anniversaire des concerts Pasdeloup avec Patrice Fontanarosa, Gilles Apap, Florin Nicolescu et l’orchestre Pasdeloup….

Enfin, il publie avec Laurence Dupré le livre : « Les airs de Jo » sur le répertoire du Violoneux cantalou Joseph Perrier.

 

Bref il continue à s'interroger.

 

"J'ai hérité de ma famille et grâce à quelques singulières rencontres d'un attrait pour le monde ancien, mais ma sensibilité m'a toujours poussé vers les formes de l'art d'aujourd'hui.

Mon travail s’élabore dans cet entre-deux."

 

Jean-François VROD